ECONOMIE : Alliant pratique théâtrale et formation des salariés, Arthémon s’est implantée dans l’agglomération.

ECONOMIE : Alliant pratique théâtrale et formation des salariés, Arthémon s’est implantée dans l’agglomération. Rouen : Arthémon est passée de la scène... à l’entreprise

actualité du

L’univers de la comédie et le monde de l’économie sont-ils opposés ou complémentaires ? Pour Stéphanie Constantin, aucun doute : « Les outils que nous utilisons au théâtre sont applicables dans l’entreprise. Travailler la voix, la respiration, la posture, le regard… Tout cela peut être décliné pour ceux qui ont à prendre la parole en public, pour ceux qui ont à gérer des équipes, ou encore dans le domaine du commerce ».

Comédienne professionnelle formée en Belgique, elle est également associée au sein de la société parisienne Arthémon qui pratique la formation en entreprise en utilisant des techniques puisées dans le monde de la scène (lire ci-dessous).

Davantage de demandes
Depuis septembre, elle a créé une antenne rouennaise afin de toucher le tissu économique local. « Nous travaillons déjà à Paris avec de grandes entreprises à l’image de la Société Générale de Foncia… Mais également avec d’autres structures plus petites. »
A une période où le stress sur leur lieu de travail est considéré comme l’une des principales souffrances des Français, la société Arthémon, elle, ne connaît pas la crise. « C’est vrai que nous ressentons beaucoup de pression en cette période tendue, et nous avons donc davantage de demandes ».
Mais pourquoi s’être installée dans l’agglomération rouennaise ? Y aurait-il davantage de stress dans la vallée de la Seine ?« J’ai découvert la ville par le biais du théâtre en travaillant avec les 2 Rives. L’accueil a été formidable. Et comme j’avais, sur un plan personnel, envie de m’installer en province, Rouen, avec ses nombreuses entreprises, constituait un endroit idéal »
Epaulée dans son installation par l’Agence de développement économique de l’agglomération rouennaise (ADEAR), Stéphanie Constantin doit d’ailleurs participer début mai à un séminaire dédié aux centres d’appels, très présents localement, et à leurs besoins spécifiques.